Home / Les dernières actualités / Les militaires auteurs de la lettre sur la « guerre civile » rappellent à l’affreuse Marine Le Pen que sa place est à la cuisine

Les militaires auteurs de la lettre sur la « guerre civile » rappellent à l’affreuse Marine Le Pen que sa place est à la cuisine

Captain Harlock
Démocratie Participative
28 avril 2021

Le problème, c’est que Marine Le Pen est infoutue de cuire un œuf

La mère Thénardier du RN, qui avait cru bon tirer la couverture à elle avec l’élégance qu’on lui sait suite à la publication de la lettre des officiers sur internet, a été virilement recadrée par les militaires signataires.

Place d’Armes :

Nous avons été surpris en lisant la lettre ouverte de Marine Le Pen dans « Valeurs actuelles », lettre écrite suite à l’article : « Pour un retour de l’honneur de nos gouvernants » : 20 généraux appellent Macron à défendre le patriotisme ». Il nous paraît important d’effectuer une mise au point et deux remarques relativement aux propos de la présidente du Rassemblement National.

Une mise au point : Madame Le Pen a parfaitement la légitimité d’attirer à elle des généraux. C’est son droit et chacun des militaires qui a signé la « lettre aux gouvernants » a la possibilité suivant ses convictions de répondre favorablement à sa demande. Mais ceci n’engage en rien « Place d’Armes ». Notre site n’a pas pour but d’aiguiller ses membres vers un parti, chaque adhérent possède le discernement nécessaire pour trouver seul sa voie politique.

Deux remarques :

Il est pour le moins maladroit d’effectuer une opération de « racolage » pour des objectifs électoraux. Elle aurait pu simplement se dire en phase avec nos préoccupations. De plus, qu’elle se rassure, nous n’en resterons pas à de simples exhortations. Notre combat commence à peine, nous ne lâcherons rien tant que nous n’aurons pas atteint notre but : sauver notre pays de la destruction.

Ensuite, et peut-être le plus grave dans sa lettre, est la méconnaissance totale du monde militaire. En effet sur le millier de signataires (et il en arrive de nouveaux en permanence), elle a privilégié les seuls vingt généraux. Or si les armées sont commandées par des généraux, aucun général n’existerait sans la troupe et par troupe j’entends aussi bien les hommes du rang que les sous-officiers et les officiers. En mettant exclusivement en avant 18 gradés de haut rang elle a négligé les 980 autres militaires qui se sont engagé en paraphant notre missive.

Le martial recadrage de cette femme horrible, non pas sur le fond du propos mais en raison de son irrépressible besoin de squatter avant de se décréter la patronne, me fait dire qu’il y a encore des gens dotés d’une morale élémentaire.

Le fait aussi que la tenancière de bistrot se fasse rappeler qu’elle n’entrave rien aux questions militaires est une manière bien amenée de lui dire que la place des bonnes femmes est à la cuisine et certainement pas de sommer à des généraux ou à des soldats de venir prendre leurs ordres.

Les femmes en politique sont un suprême fléau. Je n’imagine même pas dans les affaires militaires.

Qui peut imaginer une femme à chat donner des ordres à une armée ?

Il est grand temps de démanteler cette législation féministe totalement folle qui impose des bécasses incultes à tous les niveaux de responsabilité – ou d’irresponsabilité. C’est la voie ouverte au désastre.

D’ailleurs, l’alcoolo-tabagique a tellement dérivé à gauche que je suspecte ces militaires d’être dans les faits beaucoup plus à droite que la totalité des homosexuels qui peuplent la direction du RN. Vous me direz que ce n’est pas très difficile.

Comme le corps des officiers est encore un domaine d’où sont largement exclues les rombières et les gouines, il existe certains réflexes de bon sens.

La lettre continue de générer des signataires à ce qu’il semble.

Les juifs n’aiment pas ça. La vipère ashkénaze Schneidermann crache son venin. Les juifs deviennent nerveux quand des hommes blancs familiers du maniement des armes commencent à s’énerver.

Ils sont comme ça, les juifs.

Il n’y a guère qu’une armée qu’ils aiment : Tsahal.

Commentez l’article sur EELB.su