Home / Les dernières actualités / Île-de-France : les tziganes au service d’Israël tentent d’enlever femmes et enfants pour les besoins du trafic d’organes juif international

Île-de-France : les tziganes au service d’Israël tentent d’enlever femmes et enfants pour les besoins du trafic d’organes juif international

Captain Harlock
Démocratie Participative
26 mars 2019

Ne crains rien goy, ils ne viennent chez toi que pour jouer de la guitare

Les tziganes des Carpathes ont jeté leur dévolu sur les populations exotiques du 93 dont ils convoitent les organes. Ce trafic est essentiellement destiné au marché parallèle israélien comme l’illustre la coopération entre les juifs Kouchner et Harel au Kosovo ou encore le dépeçage régulier d’arabes en Palestine ponctuellement évoqué en Occident.

NB : J’en profite d’ailleurs pour rendre hommage à la mémoire de la juive Simone Veil qui a permis la collecte des organes sur la population française au profit de la colonie juive de Palestine.

Pour ceux qui sont peu au fait de ces questions, les tziganes sont des collaborateurs traditionnels des rabbins pour leur commerce ésotérique. Ils les fournissent notamment en nourrissons ou jeunes enfants chrétiens.

Plus récemment, ce commerce s’est étendu aux besoins plus profanes tel que le trafic d’organes.

Chaque année, de 600 à 700 enfants disparaissent définitivement pour être consommés vifs après avoir été soumis à divers sévices sexuels à caractère occulte. Les juifs en sont de grands consommateurs.

Les banlieues ethniques du 93 ont donc entrepris de lancer la traque aux tziganes qui errent entre les tours des quartiers dans le but de kidnapper des jeunes femmes, des enfants voire des bébés si possible.

La Seine-Saint-Denis est choisie pour une raison évidente : une part importante de la population est composée de migrants clandestins. A un point tel que l’Etat Français ignore combien d’individus y vivent vraiment. Ils sont donc inexistants aux yeux de l’administration et peuvent donc être enlevés puis dépecés sans attirer l’attention d’une police débordée et infiltrée par les autres partenaires des juifs dans le crime que sont les franc-maçons.

Les maghrébins, contrairement à la population blanche domestiquée et démoralisée par la démocratie juive, n’hésitent pas à recourir à la forme la plus sauvage de justice expéditive contre l’ombre de la juiverie que sont ces démons à forme humaine tziganes.

La presse juive tente bien sûr de couvrir les actions de cette vermine diabolique.

Elle n’agit pas différemment de l’époque où elle mettait le Kosovo sous sa botte par l’intermédiaire de son armée qu’est l’Otan.

Vous pouvez assister à un tir de barrage médiatique massif, unanime, en moins de quelques heures, pour tenter de protéger ces réseaux de bouchers tziganes au service des juifs.

Les faits sont pourtant étayés.

Le FC Montfermeil a été contraint de mettre en garde le public suite à une tentative d’enlèvement de joueuses de son club il y a quelques jours.

Sans surprise, c’est le youpin Haddad, maire de Sarcelles, que l’on retrouve en première ligne pour tenter d’étouffer ces multiples opérations menées par les tziganes.

Il évite très soigneusement de dénoncer l’identité ethnique des protagonistes.

Le Parisien :

Son homologue de Sarcelles a décidé de rassurer la population. « Il n’y a aucun fait avéré de près, ni de loin, qui relève d’une tentative d’enlèvement », réagit Patrick Haddad (PS). Car la rumeur d’une tentative de rapt au collège Victor-Hugo avait circulé dans sa ville.

Ses cousins de Haïfa étant probablement sur des listes d’attente, il ne tenait pas à attirer l’attention sur les tenants et aboutissants de ces réseaux.

Le trafiquant d’organes juif Haddad

Les tziganes sont les petites mains des juifs depuis toujours. Ils sont rompus à la pratique de tous les crimes. Ils affectionnent le vol, le rapt et la traite des Blanches. Tout comme les juifs, les tziganes prostituent d’ailleurs volontiers leurs soeurs.

Ils sont organisés en tribus itinérantes sur lesquelles règnent en autocrates les plus vieux d’entre eux. Leur empire invisible s’étend partout où les populations sédentaires aryennes sont suffisamment affaiblies pour les tolérer.

Le tzigane, pour survivre, a besoin de vivre dans la crasse et la vermine. Ce que le gadjo prend pour de la misère et du dénuement est un mode de vie activement recherché par ces serviteurs du diable hébraïque. Sans l’odeur d’excréments et de putréfaction, le tzigane manque de s’étouffer.

Les tziganes sont des adeptes de rites occultes à base de magie noire et de sacrifices humains réalisés dans le plus grand secret. Ce qui est facilité par leur mode de vie nomade et l’organisation de leur propre ségrégation.

Tout comme le joueur de guitare au coin du feu est un mythe soigneusement entretenu par les médias juifs, la diseuse de bonne aventure est l’image édulcorée des pratiques ignobles auxquelles se livrent ces démons lors de certaines nuits dans leurs campements.

Comme chez les juifs, racisme et religion ne forment qu’une seule et même chose. L’appartenance au groupe est strictement conditionnée par la filiation raciale.

Les juifs sont particulièrement sensibles au sort de leur ombre tzigane car toute intolérance au parasitisme tzigane est le signal, pour les juifs, d’un réveil des populations autochtones contre toute prédation nomade.

Le rom est le canari du mineur juif.

C’est pour ça que le juif prend le plus grand soin à sanctuariser le tzigane.

Cette propagande sémitique vise à paralyser l’Aryen pour l’empêcher de résister aux menées de ce partenariat criminel.

Ce n’est pas un hasard de le Reichsführer SS Heinrich Himmler a régulièrement dénoncé cette vermine à chaque fois que possible.

Quoique les tziganes représentent une catégorie d’ennemis raciaux particulière, leur neutralisation est extrêmement importante pour toute communauté blanche soucieuse de son hygiène sociale.

A terme, les tziganes seront éradiqués en Europe.

Commenter l’article sur /dempart/